Temps critiques

 

VIENT DE PARAÎTRE / VIENT DE PARAÎTRE

L’opéraïsme italien au crible du temps suivi de Opéraïsme et communisme d’Oreste Scalzone

Jacques Wajnsztejn, La Bauche, À plus d'un titre, 2021, 258 pages. ISBN : 978-2-917486-76-4.

Si l’Internationale situationniste a pu dire, un peu présomptueusement, qu’elle était « la théorie de son temps », en résonance avec le Mai-68 en France, l’opéraïsme comme théorie de l’autonomie ouvrière s’est révélé être la théorie de son temps en Italie. À travers le mai rampant, il a imprégné de larges secteurs de la jeunesse étudiante et ouvrière, tout particulièrement celle issue de l’immigration interne en provenance du Mezzogiorno. En cela, l’opéraïsme a constitué le dernier maillon théorique de la chaîne historique des luttes de classes. Il a maintenu le lien entre d’une part, l’affirmation d’un pouvoir ouvrier pendant l’automne chaud de 1969, et d’autre part son possible dépassement vers une révolution à titre humain à travers le vaste mouvement de refus du travail des années 1970 (absentéisme, sabotage, grèves antihiérarchiques pour un salaire indépendant de la productivité). Ce mouvement trouvera son point culminant en 1977 dans une rupture définitive avec les syndicats et le PCI. C’est cette démarche théorique et ses pratiques que nous appréhendons ici à partir de notre propre saisie.
Pour sa part, Oreste Scalzone, alors directeur du journal homonyme du groupe Potere operaio, intervient dans Opéraïsme et communisme, non pour faire revivre un opéraïsme fantasmé ou au contraire englobé dans l’album de famille d’un mouvement communiste en général, mais pour mettre en avant, par-delà ses éléments de continuité et de discontinuité, en quoi il s’est avéré être un mouvement hérétique.

Opéraïsme et communisme

La frêle force de l’Opéraïsme Ces notes sont — c’est le moins qu’on puisse dire — sui generis. L’idée de départ en était venue à l’auteur de ce livre, suite à l’écoute de mon intervention à l’assemblée finale ouverte du colloque C’17 de janvier 2017 à Rome qui, de fait, se donnait comme problématique centrale d’établir le lien entre la révolution russe d’octobre 1917 et le mouvement de 1977 à travers la passerelle théorico-politique qu’aurait constitué l’opéraïsme. L’événement du C’17 avait été en effet le point (...)

Luttes autour des retraites

Mouvement des Gilets jaunes

About the Yellow Vests Movement

Derniers articles

  • Pourquoi l’opéraïsme ?, Jacques Wajnsztejn

    On peut se poser la question de savoir à quoi nous sert aujourd’hui de revenir sur cette histoire ancienne comme le pose Michel Valensi dans sa préface à Nous opéraïstes1, comme le ressent sans doute aussi Mario Tronti quand il s’évertue encore à diffuser sa parole et à retracer au plus près son parcours théorique et politique, dans une époque où il est devenu de bon ton de commémorer ou surtout de parler « autour de », autour de 1968 ou de 1969, autour de 1977, mais plus rarement d’évoquer directement les (...)

  • Partie III
    Une crise de reproduction
    ,
    Jacques Guigou, Jacques Wajnsztejn

    De nouvelles tendances rentières La globalisation financière s’accompagne d’une valorisation à connotation rentière qui s’intègre assez bien avec notre hypothèse d’un capitalisme qui pose ses conditions de survie au niveau de sa reproduction d’ensemble. On peut relever cela à plusieurs niveaux : – L’État le plus puissant n’est pas celui qui possède les plus grosses réserves « réelles » car matérialisables, mais celui qui achète le plus sur la base de ses richesses supposées et sa capacité à en créer de (...)

Dernier numéro de Temps critiques

Numéro 20 — Automne 2020

Autour des nouvelles formes de l’État
Révolution et émancipation aujourd’hui ?
Économie politique de la crise sanitaire

Voir le sommaire >>