Temps critiques

Du droit de pétition au référendum d’initiative citoyenne

Des formes ancien­nes d’un droit de péti­tion exis­taient en Angleterre dès le XVIe siècle. Mais il est d’abord une plainte ou une sug­ges­tion adres­sée au Parlement par un indi­vidu. C’est l’époque des théo­ries du droit natu­rel qui ont pré­cédé les théo­ries des droits de l’homme à partir de la décla­ra­tion anglaise de 1689 (John Locke), qui pré­fi­gure la monar­chie cons­ti­tu­tion­nelle et la notion de « sou­ve­rai­neté par­ta­gée ». Mais en France aussi les débats du XVIIIe siècle expri­ment une méfiance par rap­port à la démo­cra­tie directe et lui pré­fère un répu­bli­ca­nisme basé sur l’idée de repré­sen­ta­tion. Pour Rousseau, par exem­ple, la volonté de tous (unité concrète du peuple) est caco­pho­nie et la volonté géné­rale (comme unité trans­cen­dante) qu’il désire sou­ve­raine doit être confiée à une aris­to­cra­tie élective. De même, Tocqueville, dans son étude sur l’Amérique (1830) per­çoit la pos­si­bi­lité de l’exer­cice de cette volonté géné­rale comme défi­ni­toire de la démo­cra­tie, alors que le modèle défi­nit par Madison, l’auteur de la Constitution, est une cri­ti­que de la démo­cra­tie exces­sive, des frac­tions et même du prin­cipe majo­ri­taire qui pour­rait conduire à la dic­ta­ture. Mais cons­cient de cela, Tocqueville envi­sage les corps inter­mé­diai­res comme des contre-pou­voirs néces­sai­res.

Derniers articles

  • Ce qu’il peut rester du mouvement des Gilets jaunes, Temps critiques

    Nous avions dit en mars que le mouvement était sur sa ligne de crête. Qu’en est-il aujourd’hui que le nombre de manifestants, et des présents aux AG, décline, que la reprise des ronds-points ne s’effectue pas ? Comment continuer à dire : « On ne lâchera rien » sans être dans le déni de l’affaiblissement du mouvement ? C’est pour toutes ces raisons qu’il nous paraît bon d’évoquer une question simple : que peut-il rester d’un mouvement comme celui-ci ? Question qui exige de quitter le court terme sur ce que (...)

  • Pourquoi le communisme n’est-il plus qu’une référence historique pour les membres de Temps critiques ?, Jacques Guigou, Jacques Wajnsztejn

    Le 9 mai 2019, dans une lettre adressée à Temps cri­ti­ques, Marten Björk, membre de la revue Tidskeiften Subaltern écri­vait :

    « Je suis par­ti­culièrement intéressé à com­pren­dre pour­quoi vous avez aban­donné l’uti­li­sa­tion du com­mu­nisme, je sup­pose que ce n’est pas seu­le­ment pour des rai­sons stratégiques mais parce que vous le voyez comme appar­te­nant à une autre phase du capi­ta­lisme ? Je vois aussi des liens avec l’œuvre de J. Camatte et j’ai vu que vous avez écrit sur Invariance, Camatte et Darlet. »

Dernier numéro de Temps critiques

Numéro 19 — Automne 2018

De la nature des luttes actuelles
Coups et à-coups de la capitalisation
Une critique des poétiques révolutionnaires

Voir le sommaire >>

Derniers livres publiés

…/temps critiques,
L’évènement Gilets jaunes

La Bauche
À plus d'un titre
2019
172 p.
Jacques Guigou,
Poétiques révolutionnaires et poésie

Paris
L'Harmattan, coll. « Temps critiques »
2019
94 p.