I. Sur la politique du capital


Sur la politique du capital, Temps critiques

Ce texte se présente en contre point théorique des notes de lecture sur Le capital comme pouvoir1 et aussi de l’article « Pour en finir avec les théories de la valeur », dans ce même numéro.
Pourquoi revenir sur ces deux points. Il nous semble que c’est parce qu’une boucle s’est bouclée. En effet, alors que le déploiement de la valeur, surtout à partir du XIXe siècle a correspondu à une autonomisation progressive de l’économie (le « désenclavement » de Polanyi dans son livre La grande transformation) puis (...)

Notes de lecture sur le livre « Le capital comme pouvoir », Jacques Wajnsztejn

Certaines des thèses du livre de Nitzan et Bichler se rapprochent de celles de Temps critiques et nous avons jugé bon d’aller y voir de plus près.
Tout d’abord une critique de la loi de la valeur…
C’est assez logique puisque eux aussi s’appuient sur le Castoriadis de la période des années 1960-1965 (pseudo « Cardan ») pour critiquer l’économisme de Marx et sa théorie de la valeur. Donc je ne reviendrais pas ici sur cette critique puisque les références en question sont connues, qu’elles proviennent de (...)

Des émancipés anthropologiques, Jacques Guigou

Question1 : Quelles références théoriques dans la lutte pour une société émancipée ?
a) Je n’ai aucune référence théorique susceptible d’intervenir « dans la lutte pour une société émancipée », car je pense que la notion de « société émancipée » n’a plus de portée politique aujourd’hui ; que la période historique dans laquelle cette aspiration a émergé puis triomphé — celle des Lumières et de la société bourgeoise — est définitivement achevée. De plus, en tant que telle, une société n’est jamais « émancipée ». Quelles (...)